Bitcoin

Preuve de travail ou « Proof of Work » VS preuve d’enjeu ou « Proof of Stake »

Recevoir la vidéo privée pour GÉNÉRER DES REVENUS PASSIFS avec des crypto-monnaies SANS ÊTRE UN GEEK

Votre adresse e-mail restera confidentielle, zéro spam.

Hidden Content

Preuve de travail ou « Proof of Work » VS preuve d’enjeu ou « Proof of Stake »

La preuve de travail ou « Proof of Work » est au cœur du protocole Bitcoin. Cependant, ce concept est apparu dès 1999, élaboré par Adam Back avec son système de preuve de travail ou « Proof of Work » le « Hashcash ». C’est ensuite Satoshi Nakamoto, la personne ou le groupe de personnes, qui l’a utilisé pour le Bitcoin.

 

Le but de la preuve de travail ou « Proof of Work »

Le but de la preuve de travail ou « Proof of Work » est d’empêcher des personnes malveillantes de créer des attaques sur le réseau Bitcoin en les obligeant à utiliser leur puissance de calcul pour prouver leurs contributions au réseau.

Comme nous l’avons dit précédemment, Hashcash  est un système de preuve de travail ou « Proof of Work », il a été utilisé comme un moyen pour lutter contre les spams.

Le but de la preuve de travail ou « Proof of Work » est de rendre les emails coûteux pour des spammeurs mais pas pour nous. En effet, l’envoi d’un email va nous prendre 1 seconde, c’est négligeable pour nous  mais pas pour un spammer cela va lui prendre plus de temps puisqu’il en envoie un nombre bien plus considérable.

 

Comment marche la preuve de travail ou « Proof of Work » ?

La preuve de travail ou « Proof of Work » du réseau Bitcoin s’appuie une fonction de hachage, celle du SHA-256.

Bon, je n’ai pas envie de vous perdre en vous expliquant la façon dont la fonction est créée.

Il faut juste que vous compreniez que lorsque vous entrez des caractères numériques et alphanumériques dans cette fonction, il en sort une empreinte unique.

Hors, même en ayant cette empreinte, il est impossible de savoir ce que vous vous avez entré.

Chose importante, le changement d’un seul caractère change radicalement l’empreinte.

Voici un exemple concret.

La preuve de travail : Minage de crypto-monnaies
Mining de crypto-monnaies : La preuve de travail

 

Le mineur qui trouve la solution de ce puzzle mathématique se verra attribuer des Bitcoins plus les commissions. Nous avions déjà fait un article sur ce sujet « Minage de crypto-monnaies : Comment marche le minage« .

Preuve de travail - Ant-Miner
Preuve de travail – Ant-Miner

 

Si vous voulez allez encore plus loin, il y a un ebook « Bitcoin Et Altcoins » décrivant précisément le mécanisme du bitcoin et des autres cryptomonnaies.

 

Les inconvénients de la preuve de travail ou « Proof of Work »

L’un des arguments contre le la preuve de travail ou « Proof of Work » est celui du « gâchis énergétique ». En effet, en 2017, la sécurisation du bitcoin a nécessité 36 TWh d’électricité. Cela représente plus que la consommation  électrique annuelle de petits pays développés comme l’Islande (25 TWh).

Cependant, cela n’engage que moi mais ne trouvez-vous pas que l’impression de billets de banques, leur transport est également un gâchis énergétique ? Sans parler de l’impact environnemental. Les moyens utilisés pour sécuriser des billets de banque, qui ne sont au final que des bouts de papiers, sont aussi importants. En effet, il faut investir en R&D, payer les gardiens, surveiller l’établissement qui fabrique la monnaie etc… Tout cela pour garder des billets de banque qui n’ont aucune valeur intrinsèque.

Mais nous reviendrons sur cet argument.

 

La preuve d’enjeu ou « Proof of Stake »

L’autre type de consensus de la preuve de travail ou « Proof of Work » est la preuve d’enjeu ou « Proof of Stake »

Pour fonctionner, ce consensus n’a pas besoin de mineurs mais de forgeurs. Toute personne qui détient ces tokens peut devenir forgeur. C’est ce que l’on appelle le « staking ». Nous avons déjà parlé de cette notion lors de notre article « Masternodes : Un revenu passif ? Un bon investissement ? »

Pour faire simple, plus longtemps vous possédez de tokens et plus avez de chances de valider des transactions. Ainsi, si vous possédez 5% d’une cryptomonnaie, vous avez 5% de chances de valider des transactions et d’empocher les commissions.

La preuve d’enjeu ou « Proof of Stake » n’est pas soumise au problème des 51%. En effet, la preuve de travail ou « Proof of Work » peut être attaquée si un mineur ou pool de mineurs a plus de 51% de la puissance calcul.

Hors, avec la preuve d’enjeu ou « Proof of Stake », il est très compliqué pour les grosses cryptomonnaies d’obtenir 51% de la masse monétaire.

 

Les avantages de la preuve d’enjeu ou « Proof of Stake »

Le gros avantage de la preuve d’enjeu ou « Proof of Stake » est la consommation électrique. Pour « staker », un simple Raspberry Pi (*) avec un client léger suffit amplement.

(*) Le Raspberry Pi est un mini ordinateur conçu pour réaliser toutes les tâches d’un ordinateur conventionnel sans s’embarrasser d’un package extérieur et pour un prix abordable.

Preuve d'enjeu - Raspberry-pi
Preuve d’enjeu – Raspberry-pi

 

Avec la preuve d’enjeu ou « Proof of Stake », le risque de centralisation n’existe quasiment plus.

De plus, le temps de validation des transactions n’est pas long alors que pour le Bitcoin, pour rappel, il faut attendre 10 minutes au minimum, voire 60 minutes si vous effectuez une transaction avec un montant important.

 

Preuve de travail ou « Proof of Work » VS preuve d’enjeu ou « Proof of Stake »

Voici ce que je pense. Certes la preuve de d’enjeu présente des avantages, cependant on peut se poser des questions quant à la valeur intrinsèque d’une cryptomonnaie se servant de la preuve d’enjeu ou « Proof of Stake ».

En effet, il n’y a eu aucun effort pour créer ce type de cryptomonnaie. Toutes sont limitées à une quantité maximale définie par avance et les tokens sont distribués au fur et à mesure jusqu’à atteindre ce maximum. Au contraire, pour la preuve de travail, les token sont créés petit à petit. On peut donc dire que la cryptomonnaie vaut au minimum la quantité d’électricité, d’énergie qu’il a fallu pour la créer.

De ce fait, l’énergie utilisée pour la sécurisation du réseau peut paraître justifiée.

Par conséquent, la preuve de travail ou « Proof of Work » est sécurisée et ancrée dans le réel, conforte la valeur d’un token ainsi que la vérification des transactions.

 

Sources :

Preuve de travail

Bitcoin: A Peer-to-Peer Electronic Cash System

Preuve d’enjeu

Recevoir la vidéo privée pour GÉNÉRER DES REVENUS PASSIFS avec des crypto-monnaies SANS ÊTRE UN GEEK

Votre adresse e-mail restera confidentielle, zéro spam.

Hidden Content
Hidden Content

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.